develop own website




ARIA PRIMITIVA CD LP
SLEEP NO MORE

Aria Primitiva CD LP Digipack

ARIA PRIMITIVA
CD LP SLEEP NO MORE

Carrefour imaginaire à la croisée d’itinéraires personnels denses et exigeants, Aria Primitiva agrège les courants, les références, se créant un vocabulaire unique en transposant l’auditeur dans une succession de dédales imagés aux détours parfois abrupts, savamment agencés, car, ici, la quiétude n’est jamais de mise trop longtemps…

(JC Alluin)


Musiciens

Nadia Ratsimandresy - Ondes Martenot - Keyboards - Sampler
Cécile Thévenot - Keyboards - Sampler
Thierry Zaboitzeff - Bass guitar - Electric cello - Vocals - Sampler



TELECHARGEMENT

CHRONIQUES

Exposé (USA)

By Peter Thelen posted 25-04-2019


Aria Primitiva — Sleep No More
(WTPL Music BTZAP001, 2019, CD)
Published 2019-04-25

It wasn’t that long ago that we reviewed the three song teaser Work in Progress, which was a preview of sorts to this, Aria Primitiva’s first full-length foray into their unique soundworld, a hypnotic avant-garde soundtrack seemingly suspended in a nightmare, offering many bizarre and curious twists as it proceeds, as well as deep forays into unexpected new territories. The band is led by one-time (long, long ago) Art Zoyd cellist and bassist Thierry Zaboitzeff, here adding sampler, programming, and vocals to that list, as well as responsibility for most of the compositions, save one Eno / Bowie composition (“Helden,” which they do a splendid job on) and a couple group impovisations. Nadia Ratsimandresy plays keyboards and the ondes Martenot, and Cécile Thévenot plays keyboards and sampler. There are no drums per se, but programmed beats which, along with the keys, ondes martentot, and samplers often give these works a very aggressive electronic feel, almost other-worldly at times. Three of the pieces here were presented on the EP, including the fourteen-minute centerpiece of the album “Aria Primitiva” and the title track, both perhaps remixed with a bit more punch, and the six-minute “Maidaykali” is about a minute longer with additional improv added to the beginning. The growling vocals on the latter will certainly recall Magma in their Üdü Ẁüdü and Attahk period, and they also seem to be in some mysterious language. The opener, “Endayi Endesi,” pits a powerful and eerie melody against the chattering bottom end, with some vocals only appearing in the last half-minute, like an introduction. “Kletka” is one of two live group improvisations (the other being “Hystamack”), both relatively short interludes of a few minutes joining the more high-powered elements in the program, but their inclusion is essential. “Nixen” opens with an articulate and soft piece for piano, which switches into a more electronic based piece at midpoint highlighted by voices, effects, and cello, making for a nice break after the high powered intensity of “Aria Primitiva.” All taken, Sleep No More more than lives up to all the expectations set by their impressive 2018 EP.

Babyblaue Seiten (D)

By Achim Breiling posted 07-04-2019


Aria Primitiva — Sleep No More
(WTPL Music BTZAP001, 2019, CD)

Aria Primitiva sind Thierry Zaboïtzeff (ehemals einer der beiden Köpfe von Art Zoyd), Cécile Thévenot und Nadia Ratsimandresy, und man ist in dieser Besetzung seit 2017 aktiv. Ratsimandresy gehörte zur wohl letzten Besetzung von Art Zoyd (wenn wir einmal annehmen, dass die Formation nach dem Tode Gerard Hourbettes Geschichte ist), und ist z.B. auf "Phase V" zu hören. Gemeinsam mit Zaboitzeff hat sie auch schon bei den Art-Zoyd-Jubiläumskonzerten auf der Bühne gestanden (siehe "44 1​/​2 - Live + Unreleased Works").


Da auch Cécile Thévenot sich vorwiegend in experimentellen Klanggefilden aufhält, und auch schon im Umfeld von Art Zoyd tätig war, haben sich hier also durchaus klangverwandte Seelen zusammen gefunden. Warum also auf der Internetpräsenz der Formation (eine Unterabteilung auf Zaboitzeffs Webseite) das Ganze als 'unlikely trio' bezeichnet wird, ist etwas unklar. Vielleicht wegen der geschlechtsspezifischen Zusammensetzung? Aber, das sollte man heutzutage doch auch nicht mehr als ungewöhnlich ansehen.


Wie auch immer, aufgrund der jeweiligen musikalischen Hintergrundes der drei Beteiligten sollte auch klar sein, welcher Art Musik auf "Sleep No More", dem im März 2019 erschienen Debütalbum des Projekts zu finden ist. Drei Nummern des Albums wurden schon 2018 auf der EP "Work in Progress" veröffentlicht. Das Titelstück war zudem in seiner Urversion (ohne Beteiligung der beiden Damen) einstmals als Download-Single erhältlich (siehe "Aria Primitiva"). Nun gibt es also die 'full version' (wie extra auf dem Cover vermerkt).


Elektronisches, Samplerklänge, und allerlei Keyboardexkurse treffen auf Zaboitzeffs Bass, sein Cello, und bisweilen seine recht eigentümlichen, sonor-heiser-grunzenden 'Gesangsdarbietungen', ab und zu unterlegt mit programmierten perkussiven Mustern. Da Zaboitzeff wohl meistenteils für die Komposition zuständig war, unterscheidet sich das Gebotene nicht allzu sehr von der auf seinen vorhergehenden Soloalben zu finden ist. Auch das rezentere Klangschaffen von Art Zoyd ist hier nicht sehr weit weg.


Eine trotzdem recht eigene Suite aus avandgardistischer Elektronik mit Progcharakter gibt es auf "Sleep No More" zu hören, die sich meist eher düster und bedrohlich voran arbeitet. Momente mit freiformatigerem Wogen und Schweben sorgen genauso für Abwechslung, wie allerlei experimentelles Tonbasteln und Improvisieren (man höre z.B. das wüste "Hystamack" oder "Kletka"), von pulsierenden Beats oder sehr authentischen perkussiven Imitationen unterlegte, rockig-sperrige Abschnitte, diverse Klangverzierungen vom Sampler (die Zaboitzeff-erfahrenen Hörern bisweilen bekannt vorkommen werden), verträumtem Klangmalen ("Nixen") und fast in Richtung Artrock gehende Songs (zumindest das eigentümliche "Helden" - von Zaboitzeff in Deutsch vorgetragen). Das Ondes Martenot sorgt zudem für neue (im Vergleich zum bisherigen Solowerk Zaboitzeffs), klassisch-elektronische Klangfarben.


"Sleep No More" ist alles in allem ein gelungenes Album das eine ausgewogene und dicht verwobene Mischung aus Elektroprog, experimentellen Klangbasteleien, klassischer Elektronik und Avantprog bzw. elektronischen Kammerrock im Geiste von Art Zoyd (oder Zaboitzoffs Soloschaffen) bietet. Das Ganze hat einen sehr mächtigen und detailreichen Sound, und kann durchweg überzeugen, auch wenn dem Rezensenten einige Stellen mit etwas monoton wummernde Ums-Ums nicht so zusagen. Man gewöhnt sich aber daran.

Veröffentlicht am: 7.4.2019

Letzte Änderung: 14.4.2019

Wertung: 12/15 

Koid9 (F)

By Renaud Walid 05-2019 n°108

Aria Primitiva
Work in Progress / Sleep No More
(Booster / WTPL Music / Monstre Sonore /
Inouïe Distribution)

Et voici le nouveau projet de Thierry Zaboitzeff, l'une des deux têtes du groupe Art Zoyd de 1971 à 1997. Entre 1997 et 2017 Thierry a produit 18 albums entre rock symphonique, musique électronique et acoustique. 
Composé de Nadia Ratsimandresy, ondes martenot, claviers,samplers, Cécile Thévenot, claviers,
samplers et Thierry, composition, guitare basse, violoncelle électrique, voix, samplers,
Aria Primitiva, le « trio improbable », comme l'indique l'artiste lui-même, est magique, à plus d'un point. Le groupe a été en résidence à la Maison Folie Beaulieu de Lomme puis en concerts durant l'année 2018 (festivals les intemporelles, Soignies et les Tritonales, le Triton - Les Lilas, concerts ARGEkultur, Salzburg et Porgy & bess, Wien).

JC Alluin annonce d'emblée la couleur sur le CD : « Carrefour imaginaire a la croisée d'itinéraires personnels denses et exigeants, Aria Primitiva agrège les courants, les références, se créant un vocabulaire unique en transposant l'auditeur dans une succession de dédales imagés aux détours parfois abrupts, savamment agencés, car, ici, la quiétude n'est jamais de mise trop longtemps... Post Rock ? Symphonique ? Tribal ? Contemporain ? Européen ? Ambient ?"

Commençons par le commencement en expliquant comment s'est faite cette rencontre, Thierry a rencontré Nadia et Cécile pour l’un des derniers concerts anniversaire d'Art Zoyd au Phénix de
Valenciennes en décembre 2016, auquel il participait en tant que compositeur et membre historique. Cet événement, très intense musicalement et affectivement, a su faire coincider leurs univers singulièrement divers. Il a reconnu en elles cette même curiosité artistique, ce langage commun qui s’affranchit des mots, une énergie primitive, qui sait ? Il est des instants de l'existence qu'il faut savoir entendre, celui-ci en fut un et ils se sont proposés de le faire sonner. Le trio s’est formé sur cet accord presque parfait entre eux, pourtant improbable, il s’est imposé
comme une évidence.

Le trio offre des sons nouveaux, une sensibilité particulière, un choc de cultures bouillonnant dans le creuset du magma humain. L'idée de mêler des sonorités impalpables aux rythmes tribaux, de frotter sa voix et celle du violoncelle à l’évanescence inquiétante des ondes Martenot de Nadia et
aux samplers hypnotiques de Cécile, réveillait en Thierry l'enthousiasme d'un aventurier. 
Ils veulent être sauvages, bruyants, orchestraux, dépouillés, intimistes, rigoureux, improvisateurs libres aussi parfois, utilisant tous les moyens techniques à leur disposition comme le sampling et looping en temps réel.
Sleep no more |! Le trio adresse cette injonction à l'auditeur qui se hasarde dans ces compositions sensibles et âpres. Pincée, percussive, immatérielle, allusive, vocalique
la musique impose sa loi. Une combinaison qui donne naissance à ce qui, en nous, résonne le plus fort, l'écho primitif, le son originel.

Pourquoi chercher si profond les basses régulières et leur faire correspondre des harmoniques fugaces ? Pourquoi creuser au plus loin les résonnances du corps humain ?
Simplement pour révéler : « Ne t’endors pas, je ne sais pas tout ». 
Le paradoxe d’Aria Primitiva est en mouvement.

Work in Progress sort en 2018, c'est un EP 3 titres au format digipack, qui offre une
musique un peu différente car toutes les parties instrumentales définitives n'étaient
pas encore enregistrées ni mixées. ll s'agissait là d'un travail déjà bien avancé mais incomplet. Cet EP faisait office de carte de visite. On y trouve “"Maïiïdaykali" (5:56),
"Aria Primitiva" (14:49) et "Sleep No More » (3:42).

On retrouve donc ces trois titres en versions définitives (plus ou moins différents également en temps) dans l'album complet Sleep No More qui sort fin 2018 et représente l'album que le trio voulait sortir. Sur 53’35 et 9 titres, le trio développe un certain atypisme non conventionnel. Par son approche souvent Zeuhl ("Sleep No More” ou "Maïidaykali"), on jurerait souvent écouter les éructations vocales de Christian Vander dans Magma ! Mais la musique ne saurait se résumer à une copie servile, füt-ce t'elle d'un maître (on y trouve aussi du King Crimson, par exemple,sur "Nixen" (5:10), qui commence en duo piano et - ce que l’on croirait être une guitare- Frippienne — sauf qu'il n'y a PAS de guitare !). Elle est bien plus originale que cela : on y retrouve cette obsession du son (saluons le mastering absolument magnifique), des ambiances tour à tour
sombres ou magiques, cette urgence absolue, ces chants hallucinés, ces sons étranges (vinyles qui grattent, corbeaux !), ces percussions primitives... La pièce maitresse du disque est constituée des 13’57 du morceau titre : un festival de tout ce qui fait la saveur de la formation : oreilles non
averties s'abstenir, musique très exigeante ! Je note avec plaisir l'humour toujours présent
de l'artiste avec le titre "Mais ouvrez donc cette porte !”" (rempli de grincements d'huis
divers, évidemment !).

Deux courts titres ("HystamackK" (3:46) et « Kletka” (3:33)) ont été enregistrés live à Salzburg en
novembre 2018 et sont des improvisations collectives très ambiantes. "Helden" (5:26)
est en fait la reprise du fameux titre « Heroes" de Brian Eno et David Bowie dans sa version allemande, comme la chantait Andrea Schroeder ou Apocalyptica.

Signalons pour finir le joli design des digipacks signé Thierry Moreau. Existe au
format digipack et LP (dans une version plus courte avec 5 morceaux dans un ordre
différent (face À et face B obligent...) et sur toutes les plateformes numériques (iTunes-
Amazon-Spotify-deezer-YouTube Music et
j'en passe !) www.zaboitzeff.org

Prog Censor (B/F)

By Auguste 07-06-2019


Aria Primitiva
Sleep No More
electro-symphonic/art-rock – 53’31 – France ’19

On attendait ce premier album avec une avidité grandissante, excités par la toute première prestation publique du nouveau projet de l’ex-Art Zoyd devant l’audience médusée du festival Les Intemporelles. Le trio est atypique: violoncelle électrique, basse, samplers et voix (Thierry Zaboitzeff), claviers et samplers (Cécile Thevenot), ondes Martenot et clavier (Nadia Ratsimandresy). Le trio est choc: des cultures (classique, rock), des styles (avant-garde, expérimental), des sonorités (électronique, tribale), des écritures (précise, improvisée). Le trio est énergie: hypnotique, inquiétante, puissante. Il amalgame deux générations, qui ont en commun le goût de l’aventure sonore et quelque chose à dire au bout de leurs doigts. L’album intègre les trois éclatants titres annonciateurs de l'EP «Work in Progress», remixés au coup de poing un brin plus acéré - «Maïdaykali» y gagne d’ailleurs une minute. «Endayi Endesi» donne le ton d’entrée de jeu: étrangeté aérienne des ondes Martenot, claques brutales de la basse, rythmes motoriques et claniques de la non-batterie, voix de gorge ou de catacombes, additifs concrets (rire, aboiement). Improvisés et live, «Hystamack» et «Kletka» élargissent l’espace nécessaire à l’album pour s’épanouir encore un peu plus, quand «Nixen» renouvelle l’oxygène pour la déclamation d’amour aux héros de Bowie («Helden»). Variation parmi les variations («… pour une porte et un soupir»?), «Mais ouvrez donc cette porte!» referme d’une époustouflante manière celle d’un album insolite et fertile.

Auguste

Citizen Jazz (F)

By Denis Desassis posted 19-06-2019


ARIA PRIMITIVA
SLEEP NO MORE

Thierry Zaboïtzeff (elb, cello, voc, elec), Nadia Ratsimandresy (kb, ondes Martenot), Cécile Thévenot (kb, elec).

Label / Distribution : WTPL Music


Ceci n’est pas une chronique. Plutôt une manière de déclaration d’amour envers un musicien sur la brèche depuis tant d’années qu’il semble grand temps d’en souligner ici en quelques lignes la personnalité exceptionnelle et l’engagement dans un processus créatif qui n’appartient qu’à lui. Et qu’on n’est pas obligé de raccorder au cercle du jazz, si tant est qu’une telle classification ait du sens lorsqu’il s’agit de rendre compte d’un univers qu’on ne saurait assimiler à aucun autre.


Thierry Zaboïtzeff, bassiste, violoncelliste, compositeur, chanteur, inventeur et bien d’autres qualificatifs. Tel est le nom de ce musicien explorateur.


Les plus anciens d’entre nous ne peuvent avoir oublié le groupe Art Zoyd, fondé à la fin des années 60 avec son compagnon de route, le regretté Gérard Hourbette, disparu il y a peu. Les beautés de cette formation hâtivement rangée dans la catégorie « rock progressif » étaient sombres, convulsives, comme peuvent le laisser deviner certains titres de ses albums : Symphonie pour le jour où brûleront les cités, Génération sans futur, Le Mariage du ciel et de l’enfer ou bien encore Les Espaces inquiets. Certains voulaient rapprocher le groupe de la sphère Magma, à tort selon nous. Art Zoyd créait certes une autre musique de la traversée des grands espaces, mais de nature et d’origine bien différentes, entre ombre et lumière, d’où pouvaient surgir des voix venues des profondeurs, s’exprimant parfois dans un langage venu d’ailleurs. Celle de Thierry Zaboïtzeff justement. Art Zoyd n’envisageait pas la possibilité d’un autre monde : il avait assez à faire avec le constat trop souvent désespérant de l’état du nôtre.


Les chemins des deux musiciens se sont séparés à la fin des années 90, Gérard Hourbette poursuivant l’aventure Art Zoyd dans un registre plus électronique, et donnant vie aussi à son propre studio de création musicale à Valenciennes, où pourront travailler de nombreux compositeurs adeptes de la recherche musicale, sans oublier chez lui un important travail de nature pédagogique. Jusqu’à sa mort en mai 2018. Mais Art Zoyd, devenu centre de création musicale, continue de vivre grâce à Monique Hourbette-Vialadieu, son épouse et veuve.


De son côté, Thierry Zaboïtzeff s’est avéré hyperactif. On le retrouvera impliqué dans différents projets avec des metteurs en scène ou des chorégraphes. Il formera le groupe Zaboïtzeff & Crew, s’illustrant notamment avec une Missa Furiosa unissant techno et chant lyrique ainsi qu’avec un hommage à Jules Verne, Voyage au centre de la Terre. Concerts solo, danse, cinéma, théâtre et au total une petite vingtaine d’albums au cours de la période 1997-2016. De quoi satisfaire bien des appétits en manque de l’énergie si particulière des premières années d’Art Zoyd.


Et voici que paraît un trio, Aria Primitiva, et son disque Sleep No More dont on avait pu découvrir les couleurs tourmentées l’an passé à l’occasion de la sortie d’un EP composé de trois titres qu’on retrouve sur l’album. Aria Primitiva, c’est un autre projet indéfinissable aux confins de la musique électronique, de la musique contemporaine et du rock symphonique ; un autre nouveau monde, qui semble ne jamais connaître l’espoir d’un apaisement. La pulsion typique du bassiste est toujours là, comme un cœur arythmique en plein effort. Une voix caverneuse rugit dans la pénombre, elle semble venue d’outre-tombe, on la reconnaît entre mille à défaut de comprendre le sens de ses mots. Les explorations sonores parsemées de zébrures électriques des cordes et d’effets électroniques restent au centre des passions du bassiste, toujours aussi prompt à scruter les moindres recoins de sa caverne musicale et de toute sa part d’inconnu. Avec lui, deux musiciennes aux commandes de leurs claviers hypnotiques, Nadia Ratsimandresy et Cécile Thévenot, dont la présence solaire est le contrepoint de celle, très terrienne, du leader. Les Ondes Martenot de la première font merveille, qui éclairent de leur sonorité mutine et évanescente les ombres de la basse et la convulsion sous-jacente des compositions. Sleep No More est de ces disques qu’on écoute en retenant son souffle.


Cerise sur le gâteau de cette réussite, la chanson « Helden », soit la reprise en allemand du « Heroes » de David Bowie. Elle s’affirme d’emblée comme l’une des adaptations les plus intrigantes de ce succès planétaire et ce faisant, se révèle en adéquation parfaite avec l’esthétique sonore imprimée par le Thin White Duke et la guitare envoûtée de Robert Fripp. Ajoutée à la composition titre « Sleep No More », Aria Primitiva tient là deux hits ténébreux en puissance. Mais dans un autre monde que le nôtre, sans doute, qui laisserait sa chance au mystère.


Thierry Zaboïtzeff , parfaitement épaulé, semble vouloir nous dire qu’il est là, et bien là. Sleep No More le prouve, c’est une évidence.



PARTAGEZ CETTE PAGE

SUIVEZ-MOI